Nous soutenir

Table rase et logique totalitaire

Crédits photographie : Visuel libre de droit

Autant en emporte le vent : "Si tout continue en ce sens, on verra un jour sur les places publiques de grands autodafés de livres, de peintures et de films interdits."

Le cinéma Grand Rex vient de déprogrammer le film Autant en emporte le vent, au prétexte que sa vision de l’esclavagisme aux Etats-Unis est incorrecte. Voilà comment l’idéologie dominante, l’antiracisme supposé, parvient à faire interdire de fait un film culte, considéré comme un chef-d’oeuvre de l’art du XXe siècle. Par ailleurs, on saccage la statue de Churchill, de Christophe Colomb ou de Schoelcher, tous présumés racistes. S’il faut ainsi bannir au nom du politiquement correct toute oeuvre présumée incorrecte au regard de l’idéologie, touchant à l’histoire de la colonisation, des rapports sud-nord ou de l’esclavage, au moins 40% de la culture occidentale depuis la Renaissance est vouée à l’anéantissement, par exemple Montaigne, Rousseau, voire Chateaubriand et leur description – pouvant être considérée comme condescendante – du « bon sauvage », Voltaire, Kipling bien sûr, plus récemment Camus et sa vision de l’Algérie qui ferait frémir  les gardiens du temple. Ne parlons pas de la peinture et du cinéma. Dès qu’une oeuvre touche de près ou de loin à ces sujets, elle en deviendrait suspecte de non conformité à la norme idéologique. Si tout continue en ce sens, on verra un jour sur les places publiques de grands autodafés de livres, de peintures et de films interdits. Mais ensuite, il faudra aller au-delà. Le monde occidental, l’Europe, seront qualifiés de produits d’une civilisation épouvantable. Alors, viendra le temps de la table rase : toute évocation de la culture et de l’histoire deviendra maudite, assimilée au mal. L’homme nouveau, indéfiniment manipulable et servile, en l’absence de socle intellectuel, celui dont rêvaient les grands bourreaux du XXe siècle,  qu’ils ont échoué à créer par la violence, sortira tout naturellement du meilleur des mondes. Délire de pessimiste ? Non, tout cela se déroule avec la complicité passive des pouvoirs publics. Compte tenu de la vitesse à laquelle vont les choses, de l’infernale bêtise et de la lâcheté ambiante, le pire, à l’horizon de quelques années, n’a rien d’improbable.