Nous soutenir

Bourse : à quoi s'attendre pour 2021 ?

Crédits photographie : Visuel libre de droit

Malgré la morosité ambiante, des reconfinements plus que probables, la nouvelle année s'entame avec de nouveaux records sur les indices américains. La Bourse a-t-elle encore du potentiel en 2021 ?

Une année 2020 sans précédent qui a conjugué progression des marchés et récession extrême

La crise sanitaire de la Covid-19, qui s’est répandue à travers le monde en début d’année 2020, a constitué un événement hors des scénarios de risque habituels. Les mesures drastiques mises en œuvre en réponse par les Etats, telles que les confinements successifs, ont provoqué la pire récession mondiale depuis 1945. Mais forts de leur expérience de 2008, les Banques centrales et les gouvernements ont déployé très rapidement des plans de soutien monétaire et budgétaire de grande ampleur. Après une phase de volatilité record en mars, ces interventions ont permis un rebond historique des marchés actions avec des titres qui ont vu leur valorisation atteindre des sommets. Les indices américains ont clôturé en territoire positif (indice Nasdaq en progression de 48.9% sur l’ensemble de l’année 2020), de même qu’en Chine (+28.9% pour l’indice MSCI China), seul pays à afficher un taux de croissance positif parmi les grandes économies bien qu’étant l’épicentre de l’épidémie. Cette trajectoire haussière a été renforcée en fin d’année par des nouvelles favorables entraînant un regain d’optimisme chez les investisseurs : la confirmation de la victoire du démocrate J. Biden aux élections présidentielles américaines, un accord entre l’UE et le Royaume-Uni pour un Brexit ordonné et, bien sûr, l’annonce de vaccins efficaces contre la Covid-19 et le début des campagnes de vaccination dans la plupart des pays développés.

Quelles sont les perspectives pour 2021 ?

Dans un environnement marqué par des tendances sociétales et environnementales lourdes (vieillissement de la population, digitalisation, déconsommation…) par nature déflationnistes, les politiques monétaires et budgétaires vont demeurer très accommodantes à moyen terme. En 2021, l’activité économique devrait connaître un rebond puissant (+4.2% au niveau mondial selon l'OCDE) avec la distribution généralisée des vaccins à partir du 2e trimestre. Sur sa lancée, la Chine devrait par ailleurs continuer de tendre rapidement vers son statut de leader à l’international.

Dans ce contexte, les actifs risqués devraient continuer de montrer une certaine attractivité avec des biais positifs sur les valeurs décotées qui ont subi de plein fouet la crise en 2020 et qui continuent d’afficher des valorisations très intéressantes : les valeurs cycliques, les titres de petites et moyennes capitalisations, devraient donc être plébiscitées par les gérants d'actifs. D’un point de vue géographique, leurs convictions pourraient se porter avant tout sur les pays émergents, classe d’actifs très décotée susceptible de bénéficier d’un effet de rattrapage avec la dépréciation tendancielle du dollar, ainsi que sur l’Europe, où les indices actions ont enregistré une sous-performance notable, depuis les points bas atteints au mois de mars, par rapport à leurs équivalents internationaux.

Il ne faut cependant pas négliger les risques...

Parmi les facteurs de risque susceptibles de peser sur les Bourses, citons le retour de l’inflation alors que les anticipations de hausses des prix progressent en ce début d’année, notamment aux Etats-Unis avec le renchérissement des cours des matières premières. La problématique de l’endettement pourrait également se poser de manière plus aigüe avec la multiplication des sociétés « zombies » dont le nombre a, en proportion, dépassé le pic des années 2000 outre-Atlantique. Moins probables, les risques d'erreurs des Banques centrales et des gouvernements se montrent tout aussi menaçants si des mauvais choix sont faits sur les plans sanitaire, budgétaire ou monétaire. Enfin, il existe également un risque réglementaire : la présidence Biden pourrait en effet souhaiter s’attaquer au démantèlement des géants de la technologie.