Nous soutenir

Engrenage infernal

Crédits photographie : Visuel libre de droit

"Une seule chose compte : anéantir coûte que coûte l’opposition républicaine pour assurer le face-à-face tant attendu entre l’occupant actuel de l’Elysée et la candidate lepéniste."

La démission de M. Philippe et son remplacement par M. Castex, présenté comme un « haut fonctionnaire », sont tout ce qu’il y a de plus logique. La politique française accélère sa conversion au grand spectacle narcissique. M. Philippe faisait de l’ombre à la magnificence élyséenne et sa cote de popularité écrasait celle du président. Il a été remercié. Le nouveau venu, méconnu, sans expérience du Parlement ni d’une fonction ministérielle, haut fonctionnaire, ne devrait faire d’ombre à personne. Le naufrage présidentialiste du régime se poursuit, la concentration de l’illusion du pouvoir dans le visage d’un seul homme englobant à lui seul le Parlement, le Premier ministre, le gouvernement, l’administration, rayonnant sur les sphères d’influence médiatique et judiciaire. Les difficultés du pays s’accumulent : explosion de la dette publique, des faillites, du chômage de masse, de la pauvreté, de la violence, accélération phénoménale du déclin scolaire et intellectuel, de l’écroulement de l’autorité de l’Etat et fragmentation communautaire. Mais le drame de la France s’efface derrière l’obsession de la réélection de 2022. Une seule chose compte : anéantir coûte que coûte l’opposition républicaine pour assurer le face-à-face tant attendu entre l’occupant actuel de l’Elysée et la candidate lepéniste, ne laissant de choix aux Français qu’entre « moi » ou le chaos. En vérité, ils n’auront le choix qu’entre le chaos et le chaos sur fond de vertigineux déclin. Cette stratégie du pire qui soumet le sort d’une nation à la dérive vaniteuse d’un individu pourrait nous indigner, nous révulser. Mais si les Français devaient tomber dans le piège – ce qui n’est pas certain – , à force de propagande éhontée, de magouilles, de mensonges, d’élections et de sondages truqués, d’abêtissement de long terme par l’écroulement du niveau scolaire, c’est qu’au fond, ils auront mérité leur triste sort ; et alors tant pis pour nous.

Maxime Tandonnet
https://maximetandonnet.wordpress.com/
Et sur le même thème, la chronique publiée dans le Figarovox : https://www.lefigaro.fr/vox/politique/depart-d-edouard-philippe-ecarter-un-premier-ministre-populaire-est-un-classique-de-la-ve-republique-20200703