Nous soutenir

"J'appréhende... le déconfinement !"

Crédits photographie : Visuel libre de droit

Cette parenthèse d'isolement forcé aura permis à beaucoup de se recentrer sur ce qu'ils considèrent comme essentiel. Avec déjà la crainte de perdre ce qu'on vient de récupérer.

Six semaines de confinement. Six semaines d'une autre vie.  Alors que la date fatidique du 11 mai approche, une drôle de sensation m'envahit... Je dois l'avouer, j'appréhende la fin de ce confinement.

Passées la sidération et les interrogations de l'annonce, j'ai imaginé une autre vie. Une vie plus respectueuse de mon corps, plus équilibrée. Un environnement plus serein notamment du fait de la diminution de l'infernale circulation parisienne, un meilleur sommeil dans une ville plus silencieuse, une meilleure alimentation avec la préparation de repas "maison", une séance de sport quotidienne, du temps de lecture et d'écriture, et surtout un lien familial et amical paradoxalement renforcé par la distance physique. Enfin, et je le souligne, une meilleure productivité professionnelle dans un contexte dépourvu de moments polluants.

Alors oui, aujourd'hui j'appréhende. J'appréhende le retour des voitures, du bruit, des sandwichs triangles pris sur le pouce, des réunions interminables et non productives, du stress du métro, des amis qu'on doit appeler depuis six mois sans le faire, du footing annulé à cause d'un rendez-vous qui s'est éternisé.

Cette parenthèse m'aura permis de retrouver ma sérénité et de reconsidérer mon quotidien... Je crains la difficulté du déconfinement et surtout, je doute que mes bonnes résolutions résistent longtemps au retour à la trépidante vie parisienne...